Archives du mot-clé Musique et Chansons

Les 4 escales – Croisière autour d’Enez Veur

Paroles de la chanson « Les 4 escales« .
Transcription incomplète mais en bonne voie…

Yec’hed mat !

Les 4 escales
Chanson de marins extraite de l’album
« Croisière autour d’Enez Veur »
par le groupe « SOUS LE VENT DES ÎLES »

Refrain :
Quand le p’tit pont t’as passé
A l’Ile-Grande tu es entré
Pour être Île-Grandais mon gars
Les 4 escales tu feras

Première escale tribord à La Balise
Y’a un _____________________
Quand Pierre te dis « je te sert un p’tit coup ? »
Répond « pour sûr remplis-bien j’boirai tout ! »

… refrain …

Deuxième escale tribord Les Triagoz
A bord prend lame force 3 c’est tout beau
D’mande à Claudine un petit muscadet
Comme des copains c’est un grand qu’elle te met

… refrain …

Troisième escale c’est Les Îles à tribord
Faut affaler car __________________
Chantal te sert le ballon commandé
Une heure après la barrique a vidé

… refrain …

Quatrième escale c’est à tribord toujours
A bord d’La Godille c’est la fin du parcours
T’es à sec de toile bientôt c’est l’ouragan
Et Joss te sert un p’tit coup d’remontant

… refrain …

De Toul Enez retour à Pors Gelin
En louvoyant faudra rentrer bon train
Toutes les escales que t’as faites à tribord
Maintenant mon gars faut les r’faire à babord

… refrain …

Et si par hasard en rentrant sur Lannion
Tu t’aperçois qu’il n’y a plus l’petit pont
C’est qu’Enez Veur avec ce coup de vent
A du se décrocher du continent

… refrain …

… refrain …

 Groupe SOUS LE VENT DES ILES
Le groupe « Sous le vent des îles » lors de la fête de la mer au port Saint-Sauveur

 

Groupe « Sous le vent des iles » – Jean-Pierre Le meur
32 rue du port – Ile Grande 22560 Pleumeur Bodou
02 96 91 94 33 – 06 78 84 07 07


Pour une chanson ile-grandaise, … c’en est une ! Et pas besoin d’avoir le pied marin pour faire les 4 escales ! Pour ceux à qui cela aurait échappé les 4 escales son les 4 débits de boissons en activité dans les années 80-90, époque probable d’écriture de la chanson. Et encore, la liste aurait pu être plus longue, tout dépend à quelle époque on se place. Malheureusement aujourd’hui seulement 2 escales subsistent : Les Triagoz et La Godille devenue Le Bout-d-l’île. Dépeuplement ou cure de désintoxe ? Qui saurait le dire avec certitude ?

Souvenirs, souvenirs… : Dans les années 70 il y avait encore « Chez Bodeveur » – à babord à l’angle de la rue Run Losquet et de la rue du Port – avec son boulodrome, là je parle de boule bretonne, pas de jeu de quilles ! Vous savez ? Les grosses boules en bois avec un plomb ! Toujours est-il que l’ambiance, elle, n’était pas plombé : que de vie et de joie de vivre à l’époque dans ce haut lieu de la vie ile-grandaise…! Tiens qu’en est-il aujourd’hui de la boule bretonne ? Faut que je regarde ça.

Dans la rue Run Losquet, à babord en descendant, il y avait le bar-tabac Chez Angèle. Là où j’achetais en douce avec ma cousine mes premières cigarettes fumées en cachette, « P4 » (beurk !) ou Royale Menthol selon le budget. Bon, on s’égare là, revenons rue du Port, deux maisons plus bas après le carrefour, toujours à babord et en saison, il y avait aussi un petit bistrot dont j’ai oublié le nom, moins « repère de marins » que « bande de jeunes » ! « C’est un beau romaaaaannnnn, c’est uuuune belle histoire ! » Les glaces y avaient le goût des vacances et des jours heureux.

Moralité : sans faire de politique à Enez Veur tribord résiste mieux que babord.  Curieux ça que tous les lieux de picole de gauche aient disparu… Quoique aujourd’hui il y en a quand même deux de moins à tribord. Nous en sommes donc à deux escales et non plus quatre. Va falloir y rester deux fois plus longtemps…

Sans vouloir faire l’apologie de la picole il y a au moins une chose de bien à Enez Veur, pour ceux que la tournée des bistrots intéressent, c’est qu’il n’est nul besoin de prendre la route à 2 grammes pour rentrer, on peut tout faire à pieds !

 

 

Et si en plus y’a personne…

Et Si En Plus Y’a Personne
d’Alain SOUCHON chanson extraite de l’album « La Vie Théodore »

Abderhamane, Martin, David
Et si le ciel était vide
Tant de processions, tant de têtes inclinées
Tant de capuchons, tant de peur souhaitées
Tant de démagogues, de Temples, de Synagogues
Tant de mains pressées, de prières empressées

Tant d’angélus
Ding
Qui résonne
Et si en plus

Ding
Y’a personne

Abderhamane, Martin, David
Et si le ciel était vide
Il y a tant de torpeurs
De musiques antalgiques
Tant d’antidouleurs dans ces jolis cantiques
Il y a tant de questions et tant de mystères
Tant de compassions et tant de révolvers

Tant d’angélus

Ding
Qui résonne
Et si en plus

Ding
Y’a personne

Arour hachem, Inch Allah
Are Krishhna, Alléluia

Abderhamane, Martin, David
Et si le ciel était vide
Si toutes les balles traçantes
Toutes les armes de poing
Toutes les femmes ignorantes
Ces enfants orphelins
Si ces vies qui chavirent
Ces yeux mouillés
Ce n’était que le vieux plaisir
De zigouiller

Et l’angélus
Ding
Qui résonne
Et si en plus

Ding
Y’a personne

Et l’angélus
Ding
Qui résonne
Et si en plus

Ding
Y’a personne

VIDEO DE « ET SI EN PLUS Y’A PERSONNE« 


Est-ce que ce monde est sérieux ?

La Corrida
de Francis CABREL extraite de l’album « Samedi Soir Sur La Terre »

Depuis le temps que je patiente
dans cette chambre noire,
J’entends qu’on s’amuse et qu’on chante
Au bout du couloir,
Quelqu’un a touché le verrou
Et j’ai plongé vers le grand jour
J’ai vu les fanfares, les barrières
Et les gens autour

Dans les premiers moments j’ai cru
Qu’il fallait seulement se défendre
Mais cette place est sans issue
Je commence à comprendre

Ils ont refermé derrière moi
Ils ont eu peur que je recule
Je vais bien finir par l’avoir
Cette danseuse ridicule…

Est-ce que ce monde est sérieux ?

Andalousie je me souviens
Les prairies bordées de cactus
Je ne vais pas trembler devant
Ce pantin, ce minus !

Je vais l’attraper, lui et son chapeau,
Les faire tourner comme un soleil
Ce soir la femme du torero
Dormira sur ses deux oreilles

Est-ce que ce monde est sérieux ?

J’en ai poursuivi des fantômes
Presque touché leurs ballerines
Ils ont frappé fort dans mon cou
Pour que je m’incline

Ils sortent d’où ces acrobates
Avec leurs costumes de papier ?
J’ai jamais appris à me battre
Contre des poupées

Sentir le sable sous ma tête
C’est fou comme ça peut faire du bien
J’ai prié pour que tout s’arrête
Andalousie je me souviens

Je les entends rire comme je râle
Je les vois danser comme je succombe
Je ne pensais pas qu’on puisse autant
S’amuser autour d’une tombe

Est-ce que ce monde est sérieux ?
Est-ce que ce monde est sérieux ?…

Si, si hombre hombre
Baila, baila
Hay que bailar de nuevo
Y mataremos otros
Otras vidas, otros toros
Y mataremos otros
Venga, venga
Venga, venga a bailar…

VIDEO DE « LA CORRIDA« 

 

 


On a tous le droit !


On A Tous Le Droit
de Liane FOLY, extrait de l’album Entre Nous

On a le droit
Quand personne ne nous voit
De pleurer en silence
De regretter son enfance
De s’ laisser aller en regardant tomber la pluie
On a le droit quand personne ne nous croit
De sortir sa violence
Tous ces mots qu’on dit pas mais qu’on pense
De parler à Dieu
De parler à qui on veut

On a tous le droit
D’aimer sa vie ou pas
De faire sa route
De faire son choix

On a tous raison
De s’ poser des questions
D’oser dire non
On a tous le droit
D’aimer sa vie ou pas
De faire sa route de faire son choix
On a tous une chance
C’est pas perdu d’avance
La différence

On a le droit
Quand rien plus rien ne va
De chercher son étoile
De jeter l’encre de son journal
De changer sa vie
De quitter l’ennui
Et puis
On a le droit
Et qui nous en empêchera

De rêver d’un monde un peu moins laid
De rêver d’un monde où on pourrait
Rien qu’une fois
Tous vous et moi

D’avoir tous le droit
D’aimer sa vie ou pas
De faire sa route
De faire son choix
On a tous raison
De s’ poser des questions
D’oser dire non

On a tous le droit
D’aimer sa vie ou pas
De faire sa route de faire son choix
On a tous une chance
C’est pas perdu d’avance
La différence

On a tous le droit
D’aimer sa vie ou pas
De faire sa route
De faire son choix
On a tous raison
De s’ poser des questions
D’oser dire non
On a tous le droit
D’aimer sa vie ou pas
De faire sa route de faire son choix
On a tous une chance
C’est pas perdu d’avance
La différence